Les groupes sociaux refusent de laisser passer un autre budget d’austérité

IMG_6810Montréal, le 30 mars 2015 - Alors qu’il présentait son budget à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le ministre des Finances Carlos Leitão était attendu par un bruyant comité d’accueil organisé par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Au même moment, une vingtaine de membres de groupes sociaux ont perturbé la conférence à l’intérieur. La Coalition Main rouge n’accepte pas la poursuite des mesures d’austérité annoncées dans le budget 2015-2016 et affirme qu’il aurait pu faire autrement. Elle dénonce le fait que l’austérité se traduira pour une deuxième année par de sévères compressions dans les services publics et dans divers programmes sociaux, alors que le gouvernement se prive de revenus notamment en annonçant des baisses d’impôts aux entreprises.

Les groupes sociaux membres de la Coalition Main rouge ont dénoncé les conséquences dramatiques qui découleront d’un deuxième budget d’austérité, qui affaiblira selon eux le filet social québécois. La forte limitation de la croissance des dépenses de programmes aura un impact dramatique, alors que les différents ministères et organismes sont déjà aux prises avec les compressions imposées dans le précédent budget. En plus de freiner la réalisation de droit humains fondamentaux comme celui à un revenu décent, les choix du gouvernement libéral limiteront encore plus le bien commun et nuiront grandement à l’atteinte de l’égalité entre les hommes et les femmes.

La hausse des dépenses de programmes limitée à 1,4% en santé, deux fois moins importante que l’an dernier et plus de trois fois moins que le taux nécessaire pour combler l’augmentation des coûts de système, fait peur au milieu de la santé et des services sociaux. « Ces compressions signifient un énorme manque à gagner de 1 milliard de dollars pour la prochaine année, cela se traduira assurément par des nouvelles coupes qui affecteront directement la population », affirme Nadine Lambert, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS).

Une personne en situation de handicap a illustré le genre de mesures essentielles à l’autonomie coupées par les Centre de santé et de services sociaux (CSSS), notamment dans les services à domicile. « Alors que la majorité des personnes en situation de handicap vivent dans la pauvreté, le gouvernement libéral va mettre fin à la gratuité de l’aide au repas. Ces coupes appauvrissent davantage et ne permettent pas à ces personnes de répondre à leurs besoins fondamentaux ! », s’insurge Pierre-Yves Lévesque, directeur général d’Ex Aequo.

En éducation, la hausse prévue des dépenses de programmes de 0,2% se traduira par des coupures de plusieurs millions de dollars et ce, dans le réseau qui a connu des annonces successives similaires au cours des derniers mois. « Nous faisons face aux pires compressions en éducation depuis 20 ans. Il s’agit d’un véritable affront à l’ensemble des étudiantes et étudiants en grève et au milieu de l’éducation » dénonce Camille Godbout de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), en promettant la poursuite de la mobilisation face à ces attaques. La Coalition Main rouge appuie d’ailleurs la manifestation nationale du 2 avril prochain organisée par l’ASSÉ, et annonce que les groupes sociaux y seront présents.

La Coalition Main rouge dénonce également l’abandon de la lutte à la pauvreté et craint la privatisation de plusieurs programmes sociaux. Les coupes de 50% au développement du logement social en sont un bon exemple pour François Saillant, coordonnateur FRAPRU. « Le budget Leitão a coupé 1500 logements sociaux pour les remplacer par une forme d’aide passant essentiellement par le marché privé. À terme, cela aidera moins de personnes et le fera moins bien » affirme-t-il.

 

Deux poids deux mesures

La Coalition Main rouge s’explique mal que le gouvernement se prive encore de nouveaux revenus alors que les voix se sont multipliées tout l’automne pour revendiquer une plus grande contribution des entreprises et des plus riches aux finances publiques. Plusieurs mesures fiscales portées par des dizaines de groupes et d’économistes sont absentes du budget, comme le retour de la taxe sur le capital, l’augmentation du nombre de paliers d’imposition des particuliers afin d’aller chercher davantage de revenus chez les plus riches, et l’introduction d’un régime public d’assurance-médicaments. « La seule explication, c’est que le gouvernement ne sert pas les intérêts de la population, mais ceux du milieu des affaires » affirme Véronique Laflamme, co-porte-parole de la Coalition Main rouge. « Pire encore, alors que l’équilibre budgétaire n’est pas atteint et qu’il continue de sabrer dans le filet social, le gouvernement a le culot d’annoncer des baisses d’impôts aux entreprises » conclut-elle en soulignant que c’est ce type de mesures qui a fait en sorte que les finances publiques semblent actuellement être en crise.

-30-

Pour informations :

Véronique Laflamme, Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, 418-956-3403

 

Réaction au budget 2015-2016: Les groupes sociaux dénoncent la poursuite des mesures d’austérité et une nouvelle réingénierie de l’État

alma-2Québec, le 26 mars 2015 - La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics dénonce la poursuite des mesures d’austérité annoncées dans le deuxième budget Leitão. Celles-ci se traduiront par de nouvelles compressions majeures dans les services publics ainsi que dans divers programmes sociaux, alors que le gouvernement se prive de revenus en annonçant des baisses d’impôts aux entreprises. La Coalition s’inquiète également de l’objectif clairement annoncé par le gouvernement Couillard de «rénover l’État québécois», soi-disant pour maintenir l’équilibre budgétaire.

La forte limitation de la croissance des dépenses de programmes, limitée à 1,2% aura un impact dramatique sur les services publics, alors que les différents ministères sont déjà aux prises avec les compressions imposées dans le précédent budget. Lire l’article complet

Comité d’accueil pour le ministre Leitão, le 30 mars à Montréal

Affiche pour le comité d’accueil pour Carlos Leitao

 

 

Le 26 mars, le ministre des Finances Carlos Leitão déposera un deuxième budget d’austérité. Le 30 mars, il ira le présenter à ses amis de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Allons redire haut et fort que nous nous opposons aux mesures d’austérité, aux compressions et aux tarifs dans nos services publics.
Austérité = + de pauvreté et + d’inégalités! Nous exigeons une meilleure redistribution de la richesse dès maintenant.

Comité d’accueil pour le ministre des finances
Lundi 30 mars, à 12h00
Devant l’hôtel Bonaventure (900 rue de la Gauchetière Ouest à Montréal).

Événement facebook à partager ici.

Rapport Godbout: Une réforme fiscale «à coût nul»… et à bénéfices nuls pour la société

 

pasdejustice2Montréal, le 19 mars 2015 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge) s’oppose à la réforme fiscale préconisée par le Rapport de la Commission d’examen de la fiscalité québécoise, dévoilé aujourd’hui. La réforme proposée reprend certaines revendications mises de l’avant par la Coalition dans le cadre de sa campagne «10 milliards $ de solutions», mais en les pervertissant, et en les détournant de l’objectif initial de mieux financer les services publics et les programmes sociaux. La Coalition Main rouge refuse que les orientations du Rapport Godbout soient reprises dans le budget 2015-2016, qui sera déposé public le 26 mars prochain.

« Ce rapport est purement idéologique », réagit Véronique Laflamme co-porte-parole de la Coalition. «L’objectif ultime de la réforme sur la fiscalité ne doit pas être de baisser les impôts, mais de mieux financer les services publics et les programmes sociaux. Ce que propose le rapport Godbout c’est une réforme majeure de notre régime fiscal, à coût nul nous dit-on, mais le bénéfice pour la société est, lui aussi, nul, sinon très négatif».  Lire l’article complet

Les services à la population SONT touchés: Liste des mesures d’austérité annoncées

«Les services à la population ne seront pas affectés»  par les politiques de «rigueur» budgétaire, affirme régulièrement le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux. La longue liste (non-exhaustive) des mesures annoncées depuis le premier budget libéral que la Coalition Main rouge a compilé prouve tout le contraire. À lire et à diffuser largement. Non à un autre budget d’austérité! On nous attaque? Ripostons!

AfficheListedesmesuresAustérité(mars2015)

Nouvelles hausses de tarifs d’électricité: La population doit agir contre le détournement de mission d’Hydro-Québec

141214- Logo pétition HydroMontréal, le 10 mars 2015 –  La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge) s’insurge contre la nouvelle augmentation des tarifs d’électricité de 2.9% qui sera appliquée à compter du 1er avril prochain. Elle rappelle que des décisions politiques ont détourné la mission de la société d’État, et qui lui permet de demander des hausses de tarifs excessives, malgré le fait que Hydro-Québec a enregistré des profts record l’an dernier. La Coalition Main rouge invite la population à s’indigner, en participant à différentes actions de contestation et en signant la pétition pour le gel des tarifs résidentiels d’Hydro-Québec sur le site Change.org, qui atteindra prochainement les 20 000 signatures. Lire l’article complet

Budget 2015: la Coalition Main rouge s’inquiète du recours accru au principe d’utilisateur-payeur

lajusticefiscaleMontréal, le 6 mars 2015 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge) s’inquiète des rumeurs persistantes à propos des mesures régressives préconisées par le Rapport Godbout, qui seraient reprises dans le prochain budget Leitao.

La Coalition Main rouge dénonce les nouvelles baisses d’impôts que fait miroiter le gouvernement Couillard en contrepartie d’un plus grand recours aux taxes. Ces mesures mettent de l’avant une fiscalité régressive au détriment d’une meilleure redistribution de la richesse souligne la Coalition. « Rappelons que ce sont les baisses d’impôts de la dernière décennie, dont seules les personnes les plus nanties ont bénéficié, qui nous ont privés de milliards $ », rappelle Véronique Laflamme, co-porte-parole de la Coalition Main rouge. Pour la Coalition, le principe de l’utilisateur-payeur pour financer les services publics serait ainsi poussé encore plus loin. En mettant de l’avant une fiscalité régressive, les revenus des personnes ne sont pas pris en compte rappelle-t-elle. La Coalition Main rouge souligne que la population du Québec vit déjà avec les impacts des tarifications importantes annoncées dans les budgets précédents, en plus des hausses qui s’appliqueront aux CPE et aux services de garde, la taxe santé, l’augmentation du tarif d’électricité patrimoniale et les frais plus élevés de scolarité. Pour la Coalition, la seule façon de financer équitablement les services publics est une fiscalité réellement progressive, qui commencerait par l’augmentation du nombre de paliers d’imposition pour les particuliers et une plus grande contribution des entreprises à la fiscalité.

Pour les groupes sociaux, il est clair que le gouvernement Couillard n’a jamais eu l’intention de tenir un dialogue social. En septembre, la Coalition Main rouge craignait que la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise ne serve qu’à confirmer les orientations gouvernementales et à justifier la mise en œuvre de mesures d’austérité budgétaire. Selon elle, la composition même de cette commission ainsi que les études qui avaient été commandées à des firmes comme CIRANO et KPMG dénotaient la volonté d’accélérer la mise en œuvre de politiques néolibérales au Québec. « Luc Godbout a passé une partie de sa carrière à faire la promotion d’un plus grand recours aux taxes et aux tarifs. Nous constatons aujourd’hui que la commission qu’il a présidée était réellement bidon » soutient Kim De Baene, également co-porte-parole de la Coalition Main rouge. Lire l’article complet

La semaine d’actions contre l’austérité a été historique: Près de 100 actions ont été tenues à travers le Québec

Lévis NonaustéritéBanqueMontréal, le 5 mars 2015. Après avoir fait la recension complète des activités tenues dans les différents milieux, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge) annonce que ce sont 100 actions de mobilisation et de sensibilisation qui ont été tenues durant la semaine nationale d’actions dérangeantes qu’elle a initiée. Elle tient à souligner à la fois le nombre et la diversité des événements organisés, tous les jours, dans toutes les régions du Québec.

« Tout au long de la semaine, les groupes sociaux ont démontré leur ras-le-bol et la grogne populaire face aux mesures d’austérité, » de dire Kim De Baene, co-porte-parole de la Coalition. Des mobilisations en tous genres ont été organisées : des rassemblements, des manifestations locales et régionales, autant dans des quartiers de Montréal que dans le Nord-du-Québec; des occupations de bureaux et de banques; des interventions bruyantes lors d’activités politiques et économiques; des descentes de bannières dans plusieurs villes; des livraisons d’objets symboliques à des députés ainsi que la fabrication de murs de glace devant leurs bureaux. Plusieurs citoyennes et citoyens ont d’ailleurs sorti leurs casseroles à ces occasions. Un grand nombre d’activités de sensibilisation ont aussi été proposées dans les quartiers, dans les endroits publics, dans les milieux de travail, dans plusieurs institutions d’enseignement et dans divers organismes. Des groupes communautaires, des centres de femmes et des groupes d’alphabétisation populaire ont aussi lancé des campagnes d’information sur le web. « L’ensemble de ces actions visaient à dénoncer les choix idéologiques et politiques actuels. Les groupes ont rappelé que le Québec peut faire autrement en allant chercher l’argent là où il y en a, » a ajouté madame De Baene. Lire l’article complet

Bilan final de la semaine d’actions: plus d’une centaine d’actions contre l’austérité!

pasdejusticeAprès avoir fait la recension complètes des activités tenues dans les différents milieux, a Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge) annonce que ce sont 100 actions de mobilisations et de sensibilisation qui ont été tenues durant la semaine nationale d’actions dérangeantes contre l’austérité qu’elle a initiée. Elle salue toutes les personnes qui se sont mobilisées pour ce succès collectif et souligne le nombre et la diversité des événements qui se sont tenus, tous les jours, dans toutes les régions du Québec. Dans certaines régions, des activités ont eu lieu tous les jours de la semaine!

Ces actions ne sont qu’un début : le gouvernement Couillard doit s’attendre à une multiplication d’événements s’il refuse de prendre une autre voie que celle de l’austérité. Réunis en assemblée, le 3 mars, les membres de la Coalition ont adopté à l’unanimité un appel à une journée de grèves, de mobilisation sociale et de perturbations économiques le 1er mai 2015. Les groupes sont invités dès maintenant à lancer les préparatifs pour cette journée. D’ici là, les membres de la Coalition sont invités à multiplier les actions, notamment par le biais des alliances régionales, afin de réagir au dépôt du prochain budget provincial, et à intensifier les activités d’information et d’éducation populaire sur l’austérité et la fiscalité.

Voici le compte-rendu complet de cette semaine d’actions historique (un communiqué à également été émis):

Dimanche 22 février (1 action et lancement de la semaine) Lire l’article complet

Plus de 70 actions contre l’austérité tenues à travers le Québec dans la dernière semaine

Marie-vicMontréal, le 28 février 2015. La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition) clôt la semaine nationale d’actions dérangeantes qu’elle a initiée en soulignant à la fois le nombre et la diversité des événements qui s’y sont tenus, tous les jours, dans toutes les régions du Québec. Des 35 actions initialement annoncées, c’est finalement plus de 70 actions symboliques et dérangeantes qui ont été organisées. La Coalition lance toutefois le message que ces actions ne sont qu’un début : le gouvernement Couillard doit s’attendre à une multiplication d’événements dans les prochains mois afin qu’il prenne une autre voie que celle de l’austérité.

« Tout au long de la semaine, les groupes sociaux ont démontré leur ras-le-bol et la grogne populaire face aux mesures d’austérité, » de dire Kim De Baene, co-porte-parole de la Coalition. Des mobilisations en tous genres ont été organisées : des rassemblements, manifestations et soupes populaires; des occupations de bureaux et de banques; des interventions bruyantes lors d’activités politiques et économiques; des descentes de bannières dans plusieurs villes; des livraisons de copeaux de bois à des députés ainsi que la fabrication de murs de glace devant leurs bureaux. Un grand nombre d’activités de sensibilisation ont aussi été proposées dans les quartiers, dans les endroits publics et dans les milieux de travail. Des groupes communautaires, des centres de femmes et des groupes d’alphabétisation populaire ont aussi lancé des campagnes d’information sur le web. « L’ensemble de ces actions visaient à dénoncer les choix idéologiques et politiques actuels. Les groupes ont rappelé que le Québec peut faire autrement en allant chercher l’argent là où il y en a, » a ajouté madame De Baene.

« Partout, la participation aux actions a été impressionnante. Lire l’article complet